En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'installation de cookies sur votre terminal. Plus d'informations sur les cookies

Réglementation des bruits de voisinage

Saint-Vaize et la Grande Guerre

Saint-Vaize sur le site

de l'INSEE

Saint-Vaize dans la légende et l'histoire
Origine de Saint-Vaize

Origine du mot Vaise; Vasius,Vassius,Wassius,Bassius,Vasio,Vassio, d'ou par élimination
il reste 3 mots: Vasus, Vassius,Bassius. Deux mots charentais se rapprochent de ces mots et les
éliminent ainsi : Ce sont Bassiac ( de Bassiacum près d'Angoulême) et Vassiac ( de Vassiacum près de Montguyon).
Vaise vient donc de Vasius ( époque romane).
Vasius est né à Saintes vers 465. Sa famille occupe alors le sommet de la hiérarchie provinciale gallo-romaine. Il recoit une excellente formation morale et spirituelle. Lorsqu'il est orphelin, il se retrouve à la tête d'une grande fortune.
Conduite généreuse du futur martyr: Il libère peu à peu ses esclaves en les gratifiant d'une partie de sa fortune. Ceux-ci s'installent sur ses terres et Vaise jette ainsi les fondations du village. Il ne garde pour lui qu'un seul domaine : La borderie et le prieuré.
Réaction de la parenté : C'est alors qu'interviennent les parents dans un obscure querelle de droit. Cette querelle aboutit à l'expulsion de Vaise.
Intervention d'Alaric qui se trouve alors dans les pyrénées, il ordonne la restitution des biens.
Vaise est assassiné le 15 Avril 489.
Culte spontané autour de sa sépulture : Deux miracles interviennent. Le corps est porté sur la voie publique (Rue de la Croix). Le peuple s'assemble autour de cette sépulture.
En 511, On crée un monastère formé d'un abbé et de 12 religieux. Le corps se trouve encore là en 1459.
Vaise est honoré à partir de 560 à St.Vaize et Saintes. Le culte est balayé par les normands (864-865) mais une colonie de Normands se fixe sur la Sèvre en prenant St Vaize pour patron.
 
 
HISTORIQUE
 
Des silex du paléolithique, des pointes de flèche en silex et des céramiques du néolithique apportent la preuve de l'ancienneté de l'occupation humaine au Prieuré. Dominant la Charente, le site est également occupé par les Gallo-Romains qui construisent une villa, comme en témoignent différents vestiges – hypocauste, mosaïque, enduits peints, céramique. Au VIe siècle est élevé sur cette villa un monastère, près du tombeau où serait enterré le martyr saintongeais Vasius. Après son pillage par les Normands (864-865), les ruines de l'édifice appartiennent aux comtes de Poitiers. En 1135, le duc d'Aquitaine, Guillaume X, fonde à son emplacement un prieuré augustinien de 4 à 6 religieux, annexé à l'abbaye de Celles (Poitou). Le prieur, seigneur temporel de la paroisse, qui est alors enclavée dans la châtellenie de Taillebourg, a droit de justice. Au même siècle est bâtie l'église paroissiale. Cédé aux huguenots en 1569, le prieuré, devenu une ferme, renaît au XVIIe siècle par la volonté de l'abbé Du Breuil. Il est vendu à la Révolution. Lors des fouilles de 1936-1937 menées par l'érudit local Camille Beaulieu, il ne reste de la chapelle qu'une abside en ruine. Les terres agricoles étant médiocres, la richesse de la commune repose, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, sur ses carrières. Le calcaire crayeux est expédié par la Charente au hameau de Port-la-Pierre qui reçoit aussi la pierre du Douhet. Une usine produit du textile dans les années 1940. Vers 1965, la minoterie établie dans un ancien moulin à eau sur le Rochefollet est fermée.
 
 

Calendrier de collecte 2017

20688 visites
OK
a3w.fr © 2017 - Informations légales - commune-saint-vaize.a3w.fr